Au Centre National de Rééducationn fonctionnelle et de Réadaptation, les psychologues sont aussi spécialisés en neuropsychologie et travaillent en complémentarité.
Le psychologue se tient à l’écoute des personnes en traitement au Centre : celles –ci sont traversées par des affects, des émotions qui participent - quand elles ne rajoutent pas-aux perturbations dues à la maladie, à l’accident.
Le neuropsychologue s’appuie sur les connaissances relatives au fonctionnement cérébral pour l’évaluer ainsi que ses dysfonctionnements.
Il cherche à en saisir la dynamique et à repérer les facteurs qui peuvent le perturber.
Les psychologues et /ou les neuropsychologues peuvent être confrontés au CNRFR à des questions diverses depuis celles qu’entraîne une pathologie cérébrale jusqu’aux douleurs chroniques. Il leur faut alors :

  • rechercher et comprendre ce qui, précisément est affecté chez la personne par des entretiens et par des évaluations neuropsychogiques,
  • aider la personne à percevoir ce qui lui arrive : des entretiens et un suivi régulier pendant la prise en charge sont nécessaires pour aller vers une prise de conscience chaque fois que cela est possible.

Cette prise de conscience, associée à un désir d’agir, est une des conditions nécessaires pour que le patient puisse participer à la mise en place de protocoles de rééducation et de réadaptation, avec diverses stratégies et objectifs :

  • rétablissement - réorganisation - facilitation de la (des) fonction(s) déficiente(s),
  • mise en place, avec les autres intervenants de la rééducation /réadaptation, de stratégies palliatives qui privilégient alors la modification de l’environnement, y compris humain (quand celui-ci y consent) et l’usage d’aides externes,
  • travail de deuil et d’acceptation, par un accompagnement, une écoute des patients et de leur famille (et /ou leurs proches), avec des psychotérapies de soutien par exemple.

Le travail des psychologues et des neuropsychologues s’inscrit dans une démarche de complémentarité et de coopération avec l’ensemble de l’équipe de rééducation et des intervenants, à l’intérieur comme à l’extérieur du Centre, notamment par un travail d’accompagnement, de cheminement, au côté du personnel qui se questionne sur sa pratique et enfin par un travail de recherche, clinique et plus théorique aussi.
Ils peuvent également être impliqués

  • pour réaliser des bilans de mémoire,par exemple
  • des bilans des fonctions attentionnelles et visuelle en vue de la reprise de la conduite automobile
  • pour des aides au diagnostic, notamment diagnostic différentiel, comme dans les suspicions de démence,
  • pour l’accompagnement dans la prise en charge de la douleur,
  • pour des évaluations professionnelles et des réorientations,
  • pour aider à la relaxation.