Les incapacités fonctionnelles et cognitives pénalisent l’indépendance dans les activités de la vie quotidienne (habillage, toilette, repas), l’indépendance dans les transferts (lever, coucher, passage du lit au fauteuil), l’indépendance dans les déplacements.
Les appartements thérapeutiques deviennent un lien entre le niveau antérieur de dépendance et le retour à domicile. Les périodes d’hospitalisation, de rééducation, s’identifient à un passage dans un milieu protégé alors que le passage en appartement thérapeutique détermine un milieu adapté plus proche des conditions de vie autonome.
L’étude du retour à domicile est indispensable pour des raisons psychologiques, familiales, sociologiques, financières (le domicile étant le milieu personnalisé et affectif).
Par des moyens simples et souvent économiques nous facilitons le retour à domicile, voire nous évitons un placement définitif. Pour cela nous devons automatiser et adapter le geste devenu difficile ou impossible selon la déficience, dans certains cas nous proposons l’acquisition d’aides techniques utiles pour faciliter les transferts, les déplacements ou les gestes de la vie quotidienne.

Les appartements thérapeutiques apportent ce lieu privilégié où le projet du patient peut s’adapter, se réévaluer, se confirmer, tout en ayant à proximité l’ensemble du plateau technique du Centre de rééducation.